Age Verification

Vérification de l'âge

Veuillez confirmer que vous avez plus de 18 ans pour continuer.

Quels sont les différents types de marijuana ? Espèces, souches et variétés de cannabis

Types de marijuana dans un dispensaire. Chaque variété de marijuana possède des propriétés uniques.

Les types de marijuana prêtent à confusion et il n’y a pas de consensus sur leur classification. Même avec une simple recherche sur Internet, nous sommes surpris de trouver des informations totalement obsolètes dans les premiers résultats. Et c’est normal : même les scientifiques ne sont pas d’accord.

Dans l’article d’aujourd’hui, vous découvrirez ce que sont les types, les souches et les variétés de cannabis. Nous expliquerons pourquoi les termes “indica”, “sativa” et “ruderalis” ne sont plus utilisés, et vous découvrirez comment obtenir les types de marijuana de haute qualité que vous pouvez acheter aujourd’hui.

Introduction aux types de marijuana : espèces, souches et variétés

La plante de cannabis est incroyablement variée en termes de génétique et d’apparence. Chaque plante possède une combinaison unique de gènes, ce qui se traduit par des différences de forme, de taille, de couleur, de teneur en cannabinoïdes et d’arômes. Cette diversité génétique permet à la plante de produire une grande variété de composés et d’obtenir des plantes très différentes.

Au cours des siècles, l’homme a profité de cette caractéristique du cannabis pour expérimenter avec la plante par le biais de croisements et d’améliorations génétiques. Fleurs de CBD que vous pouvez trouver dans notre Boutique de cannabisainsi que des centaines d’autres types de marijuana avec ou sans THC, de toutes les formes et couleurs imaginables.

Qu’est-ce qu’un type de marijuana ?

Lorsque nous parlons de types de marijuana, nous faisons référence à une combinaison de termes interdépendants : les espèces, les souches et les variétés de cannabis. Ces concepts sont étroitement liés et sont utilisés pour décrire les différentes catégories qui existent dans le monde de la marijuana.

Espèces de cannabis : Sativa, Indica et Ruderalis

Toutes les variétés de cannabis, y compris le chanvre industriel et la marijuana, appartiennent à la même espèce : Cannabis sativa. Bien qu’il existe des différences entre ces plantes, elles peuvent toutes se croiser et produire une descendance fertile, ce qui, par définition, en fait la même espèce (1). L’existence de trois espèces de cannabis(Cannabis sativa, Cannabis indica, Cannabis ruderalis) est donc totalement exclue.

La séparation en espèces en fonction de la forme des feuilles de marijuana ou de la hauteur de la plante n’est pas correcte non plus (1, 2). Sur Internet, on peut trouver des pages mentionnant l’existence des trois espèces sativa, indica et ruderalis. Bien que dépassée, cette information n’est pas absurde : elle repose sur une base historique intéressante. Sur la base de l’une des monographies actuelles les plus détaillées sur la classification du cannabis (1), nous la résumons ci-dessous :

Cannabis sativa: la seule espèce reconnue

Le chanvre était autrefois utilisé en Europe pour sa fibre et pour obtenir des graines et de l’huile. En 1753, Linné a nommé la plante Cannabis sativa (“sativa” = cultivée). Plus tard, en 1785, le botaniste Lamarck a décrit un type de cannabis originaire de l’Inde, utilisé à des fins narcotiques et doté de gros bourgeons, qu’il a appelé Cannabis indica (“indica” = originaire de l’Inde). Les différentes utilisations de la plante ont conduit au développement de variations génétiques et de caractéristiques différentes. En d’autres termes, la domestication du cannabis a donné naissance à des plantes apparemment différentes.

Mais la domestication, selon les taxonomistes et Linné lui-même, ne donne pas naissance à de nouvelles espèces, mais à des variations au sein d’une même espèce. Pour cette raison, Cannabis sativa est le seul nom accepté pour la plante de cannabis. plante de cannabis qui comprend à la fois le chanvre industriel et les différents types de marijuana. Nous avons approfondi le sujet dans l’article sur les différences entre le chanvre et la marijuana. différences entre le chanvre et la marijuana .

Cannabis indica: le type de marijuana découvert par Lamarck en Inde

Le cannabis indica n’est pas une espèce botanique reconnue, bien qu’il ait été proposé comme sous-espèce pour désigner les plantes à forte teneur en THC (le composé psychoactif de la marijuana) et à teneur modérée en cannabidiol (CBD).

En revanche, au niveau commercial, les variétés à “effet indica” sont réputées avoir des effets relaxants sur le corps, pour le soulagement de la douleur, l’insomnie et l’anxiété. En revanche, on parle aussi de variétés à “effet sativa”: les variétés à forte teneur en THC, aux effets mentaux stimulants et euphorisants, qui sont utilisées pour soulager le stress, la dépression et le manque d’appétit. En tout état de cause, les effets sativa et indica supposés sont des concepts qui dépassent la botanique, des revendications purement commerciales et sont également controversés. Si cela vous intéresse, nous en parlons dans la rubrique différences entre indica et sativa .

Cannabis ruderalis: une désignation obsolète

Cannabis ruderalis est une espèce proposée par le botaniste russe Yanischevsky en 1924 à partir de spécimens de cannabis sauvage poussant spontanément en dehors des cultures. Ces plantes étaient adaptées à des saisons courtes et n’avaient donc pas le temps de devenir grandes et vigoureuses. Aujourd’hui, l’espèce est considérée comme C. ruderalis n’existe pas (ni en tant qu’espèce, ni en tant que sous-espèce ou variété), mais simplement comme des plantes de cannabis qui se sont développées dans un environnement stressant (il est à noter que Yanischevsky lui-même a observé que les plantes de sa prétendue espèce atteignaient des hauteurs de 2 mètres ou plus lorsqu’elles étaient bien fertilisées).

Comment désigner les plantes de cannabis sauvages ? Comme le résume De Meijer (4), la plante de cannabis actuelle est le résultat d’un processus long, étendu et complexe de domestication par l’homme. L’hybridation, le mélange ou la variation génétique actuels sont si importants que tout modèle d’évolution naturelle a été brouillé. On peut donc se demander s’il existe aujourd’hui des types de marijuana “vraiment” sauvages.

Informations clés : ce qu’il faut garder

Comme il n’existe qu’une seule espèce de Cannabis sativa, lorsque nous parlons de “types de marijuana”, nous parlons de souches commerciales, et non d’un quelconque concept botanique. Dans la vie de tous les jours, les termes “variétés” et “souches ” sont les plus courants pour désigner les types de marijuana.

Types actuels de marijuana : Souches et variétés de marijuana

Tous les types de marijuana que nous connaissons ont été obtenus grâce à un processus d’amélioration génétique appelé “amélioration génétique”. sélection artificielledans lequel les producteurs et les éleveurs croiser certaines plantes de marijuana pour obtenir les caractéristiques souhaitées, telles que des fleurs avec de gros bourgeons, des profils de cannabinoïdes spécifiques (dominance de THC, CBD, etc.), la résistance aux maladies et le rendement. Cela a conduit à la création de variétés telles que Blue Dream CBD, connue pour son goût sucré et fruité, avec des notes de myrtilles et de baies.

Cette évolution est due à la combinaison de plusieurs facteurs, dont la génétique des plantes, ainsi qu’à l’amélioration des conditions et des techniques associées au type de culture.

Différences entre souche et variété de marijuana

Différencier les souches et les variétés peut s’avérer compliqué, en raison de l’absence d’une terminologie standard et de l’influence du langage commun dans l’industrie du cannabis. La plupart du temps, ces termes sont utilisés de manière interchangeable.

En principe, les variétés de marijuana représentent une lignée génétique spécifique, tandis que les variétés sont une subdivision basée sur les caractéristiques physiques et la teneur en cannabinoïdes. Contrairement aux souches, les variétés ne sont pas nécessairement liées à une lignée génétique spécifique.

Chaque variété a son propre nom et est considérée comme unique en termes de génétique et de profil chimique : Purple Haze, White Widow…

C’est du moins la théorie. L’analyse de différents produits sur le marché de la marijuana récréative (3) a montré que la plupart des types de marijuana portant le même nom ont des génétiques différentes. En effet, les noms commerciaux ne suivent pas une classification standard. Au final, ce sont les viticulteurs qui baptisent les vignes selon leurs propres critères. Cela signifie qu’il y a 40 Purple Haze sur le marché avec des génétiques totalement différentes.

Au niveau commercial, Le terme “souche” est souvent utilisé pour désigner les souches de marijuana ou la descendance d’une variété particulière.: souches violettes (marijuana violette), souches blanches (Il existe plusieurs variétés mythiques de marijuana qui ont acquis un statut légendaire dans la communauté mondiale du cannabis. Parmi les plus connues, on trouve la Skunk #1, la Haze, la White Widow, l’OG Kush et la Purple Haze.

Marijuana Kush : En savoir plus sur cette variété de cannabis indica.

L’élevage de marijuana

Ce processus d’amélioration génétique de la marijuana est connu sous le nom de sélection l’amélioration génétique de la marijuana. La sélection moderne bénéficie des progrès de la génétique et de la biotechnologie, mais, en réalité, la sélection de la marijuana remonte à bien plus loin : elle s’est faite secrètement et empiriquement, dans les armoires, les garages et les sous-sols, pendant la plus grande partie de l’histoire moderne du cannabis.

Aujourd’hui, la culture de la marijuana a connu des avancées significatives en raison de la légalisation et de la réglementation de sa culture dans différents pays. Grâce à la technologie actuelle et au précieux patrimoine génétique issu d’années de culture clandestine, il a été possible de développer de nouveaux types de marijuana présentant des profils chimiques jamais vus auparavant. Ainsi, la marijuana est passée de 4 % à 35 % de THC en moins de trois décennies.

La diversité des types de marijuana se reflète dans la large gamme d’arômes, de formes et de couleurs actuellement disponibles sur le marché. Parmi les exemples, on peut citer des variétés telles que : Lemon Haze CBD (arôme d’agrumes), Zkittlez CBD (sucré comme les bonbons Skittles®), Gorilla Glue CBD (pour l’odeur de colle) et Sour Diesel CBD (diesel acide).

Comment se développent les différents types de marijuana ?

Tipos de marihuana en un dispensario. Cada variedad de marihuana tiene unas propiedades únicas.

Les variétés actuelles de marijuana ont été développées par sélection artificielle, c’est-à-dire en sélectionnant des plantes présentant les caractéristiques souhaitées pour produire une descendance égale. Nous vous expliquons ici le processus :

1 – Sélection des parents

La marijuana est une plante dioïque, c’est-à-dire qu’elle possède des spécimens mâles et femelles. Pour se reproduire, il est nécessaire de les croiser, de sorte que la plante femelle produise des graines avec un mélange génétique des deux. La première étape consiste donc à sélectionner les plants de marijuana mâles et femelles qui serviront de parents pour le croisement. Ces plantes sont des souches sélectionnées pour leurs caractéristiques souhaitées, telles que l’arôme, la teneur en cannabinoïdes ou une croissance vigoureuse.

2 – Croisement de variétés

Une fois les parents sélectionnés, le croisement est effectué. Il s’agit d’une pollinisation contrôlée de la plante femelle. Les fleurs femelles des plants de marijuana (les bourgeons) sont fécondées par le pollen des plants mâles pour produire des graines. Chaque graine peut hériter de différents traits génétiques, ce qui entraîne une certaine diversité génétique au sein de la descendance.

3 – Observation et sélection des caractéristiques

Après le croisement, les plantes filles qui en résultent doivent être observées attentivement. Chaque graine a le potentiel de se développer en une plante aux caractéristiques uniques, bien qu’elles puissent présenter des similitudes. Vous voudrez voir si la descendance présente les caractéristiques spécifiques que vous recherchez, comme une production accrue de résine ou un arôme particulier. Les plantes présentant les caractéristiques souhaitées sont sélectionnées en vue d’un croisement et d’une sélection ultérieurs.

4 – Stabilisation de la lignée génétique

Une fois que les plantes présentant les caractéristiques souhaitées ont été sélectionnées, le travail consiste à stabiliser la ligne génétique. Cela implique des croisements entre des plantes sélectionnées sur plusieurs générations, afin de fixer les caractéristiques génétiques souhaitées et de minimiser la variabilité possible.

5 – Test et perfectionnement

Au cours du processus de développement des types de marijuana, des tests approfondis sont effectués pour évaluer la qualité et la cohérence des caractéristiques souhaitées. Il s’agit de cultiver les plantes dans différentes conditions et d’effectuer des analyses en laboratoire pour déterminer les profils des cannabinoïdes et des terpènes.

6 – Reproduction et distribution

Une fois la ligne génétique stabilisée et affinée, l’élevage et la distribution des nouvelles variétés de marijuana commencent. Il s’agit de la production et de la commercialisation de semences par l’intermédiaire de banques de semences.

Les meilleures variétés de fleurs CBD d’Europe

Sur Cannactiva nous avons développé les les meilleures fleurs de CBD en Europe :

Débat : controverse sur la classification des types de marijuana

La classification des différents types de marijuana est une question complexe et controversée. Il n’y a pas de consensus sur la manière de classer les différents types de cannabis, et il n’y a pas de perspective d’accord. Même le père de la taxonomie, Linné, était réticent à appliquer une méthode binomiale aux espèces domestiquées qui peuvent avoir des formes différentes des espèces sauvages, comme le cannabis. Le débat remonte à plusieurs siècles: il avait déjà été soulevé par Charles Darwin dans “L’origine des espèces”.

Proposition : sous-espèces et variétés pour classer les types de cannabis

En 1976, Small et Cronquist ont proposé de regrouper les types de marijuana en sous-espèces et variétés en fonction de leur teneur en THC et de leur origine (plantes cultivées ou sauvages). Il pourrait s’agir de la première approximation de l’idée actuelle de chimiotype. Il a été proposé :

  • La sous-espèce “sativa” pour les plantes à faible teneur en THC (0,3-1%) et donc sans effets psychoactifs : C. sativa subsp. sativa var. indica (cultivée à faible teneur en THC) et C. sativa subsp. sativa var. spontanea (sauvage à faible teneur en THC).
  • La sous-espèce “indica” pour les plantes à forte teneur en THC et aux effets psychoactifs intenses : C. sativa subsp. indica var. indica (plantes cultivées à forte teneur en THC) et C. sativa subsp. indica var. kafiristanica (plantes sauvages à forte teneur en THC).

Bien qu’il soit possible de voir ce nom dans certaines études, la grande majorité du temps, seul le nom de l’espèce Cannabis sativa L. est utilisé.

Proposition : des souches pour classer les types de marijuana

L’industrie de la marijuana utilise largement le terme “souches” pour faire référence à des génétiques spécifiques ou pour faire la publicité de la progéniture d’une souche particulière.

En l’absence de consensus sur une classification “officielle”, les banques de graines de marijuana étiquettent chaque variété avec un nom de souche et un code. Ces informations sont associées à des données telles que la génétique, la teneur en cannabinoïdes, l’arôme et la période de floraison. Cela permet de différencier les types de marijuana proposés en fonction de leurs caractéristiques et permet aux cultivateurs de sélectionner les graines en fonction de leurs préférences.

L’utilisation de noms de souches ou de variétés pour identifier les différents types de marijuana est très utile pour les cultivateurs.

Mais il n’y a pas de génétique “universelle” qui définisse une White Widow ou une Purple Haze. L’analyse des différentes souches de marijuana vendues dans les dispensaires aux États-Unis en témoigne : chaque souche commerciale a une génétique et une composition différentes, bien qu’elle porte le même nom (3).

Chaque banque de semences possède des souches et des variétés aux caractéristiques uniques, qui peuvent être différentes de celles d’une autre banque de semences, même si elles portent le même nom de marque.

Ainsi, si le système des souches et variétés commerciales est utile et est actuellement utilisé, par exemple, pour prédire le résultat d’une récolte, il n’existe pas de définition standard ou de classification “universelle” des souches de marijuana : chaque banque de semences ou cultivateur utilise la sienne.

Proposition : chimiotype pour classer les types de marijuana

La chimiotypie est un moyen de classer les différents types de marijuana en fonction de leur profil chimique, ou phénotype chimique, c’est-à-dire les concentrations de cannabinoïdes y terpènes présents dans la résine ou l’huile essentielle.

Cette proposition semble être la plus largement acceptée par la communauté scientifique car elle est présentée comme une méthode standard de distinction des variétés. Elle est très utile, par exemple, dans les études sur le cannabis médical. Il s’agirait d’un premier pas vers l’étude des interactions entre les différents composants du cannabis dans son effet thérapeutique, connu sous le nom d’effet d’entourage.

En bref…

  • La grande majorité des scientifiques et des experts s’accordent à dire qu’il n’existe qu’une seule espèce : Cannabis sativa L. Il existe d’autres propositions de classification, telles que les sous-espèces “indica”, “sativa” et différentes variétés, mais le chémotype semble être l’approche la plus acceptée.
  • Au niveau commercial, les noms de souches et de variétés de marijuana sont utilisés. Ces catégories sont utiles et pratiques, et largement utilisées par les producteurs. Chaque banque de semences développe et nomme ses propres génétiques (elles ne sont pas “universelles” ou “standard”).
  • Les types de marijuana que vous voyez dans les magasins sont le résultat de sélection qui a permis de développer des variétés aux profils génétiques et chimiques incroyables.

Voilà pour les différents types de marijuana, toutes les informations et la controverse autour de ce sujet, qui n’est pas vraiment bref. Nous espérons que ce voyage à travers les variétés de cannabis vous aura été profitable. Il ne vous reste plus qu’à expérimenter les différents types de marijuana de vos propres mains !

Referencias
  1. Small, Ernest (2015). Évolution et classification du Cannabis sativa (Marijuana, Chanvre) en relation avec l’utilisation humaine. The Botanical Review, 81(3), 189-294. doi:10.1007/s12229-015-9157-3
  2. Vergara D, Feathers C, Huscher EL, Holmes B, Haas JA, Kane NC. Les associations phénotypiques largement supposées chez Cannabis sativa n’ont pas de base génétique commune. PeerJ. 2021 Apr 20;9:e10672. doi : 10.7717/peerj.10672. PMID : 33976953 ; PMCID : PMC8063869.
  3. Smith CJ, Vergara D, Keegan B, Jikomes N. The phytochemical diversity of commercial Cannabis in the United States. PLoS One. 2022 May 19;17(5):e0267498. doi: 10.1371/journal.pone.0267498. PMID : 35588111 ; PMCID : PMC9119530.
  4. De Meijer, E.P.M. Les phénotypes chimiques (chimiotypes) du cannabis. Pertwee, R., Ed., Handbook of Cannabis, 2014. Oxford University Press, Oxford, 89-110. https://doi.org/10.1093/acprof:oso/9780199662685.003.0005

Informations sur les types de marijuana (questions fréquemment posées)

Combien de types de marijuana existe-t-il ?

Les types de marijuana peuvent être classés de différentes manières. Selon son nom botanique, il n’existe qu’une seule espèce, Cannabis sativa L. (les noms Cannabis ruderalis et Cannabis indica sont obsolètes et ne sont pas acceptés). En fonction de leur génétique, certains types de cannabis sont plus proches des plantes de chanvre industriel que des plantes de type marijuana. Selon le type de culture, il peut s’agir d’une culture en intérieur, en extérieur ou en serre.
Selon les effets qu’elle produit, on lui attribue un effet indica ou sativa, sédatif ou énergétique. Selon les noms commerciaux des variétés de marijuana, bien qu’il ne s’agisse pas d’une méthode très fiable pour les regrouper. Selon leur dénomination légale, les plantes ayant un certain pourcentage de THC sont automatiquement considérées comme des drogues illégales. Cela pose des problèmes même aux producteurs de chanvre industriel qui dépassent les limites légales ridiculement élevées de THC.

Quelles sont les origines des différents types de marijuana ?

Toutes les plantes de marijuana ont un ancêtre commun, la plante Cannabis sativa. Les techniques agricoles ont conduit au développement de différents types de plantes, avec des génétiques et des phénotypes variés, ce qui a permis de créer un marché extraordinairement riche de variétés de cannabis.

Quel est le type de marijuana le plus puissant ?

Si vous pensez que la marijuana la plus puissante est celle dont la teneur en THC est la plus élevée, vous vous trompez probablement. Il n’existe aucun moyen de déterminer le type de marijuana le plus puissant, car l’effet dépend de plusieurs facteurs, tels que la variété et la quantité des différents composés qu’elle contient (effet d’entourage). En outre, des différences interindividuelles peuvent être observées en fonction du consommateur.

Qu’est-ce que le cannabis féminisé ?

La marijuana féminisée est un type de graine dont le chromosome Y est absent. La plante de cannabis, comme les humains, possède des chromosomes sexuels : les femelles sont XX et les mâles XY. La plante a également des individus monoïques qui semblent avoir des chromosomes très similaires à ceux des femelles. Les mâles et les femelles de certaines variétés peuvent produire des fleurs du sexe opposé lorsqu’ils sont traités avec des produits chimiques tels que le nitrate d’argent ou l’éthéphon (ou même lorsque le régime de lumière ou la température est modifié), c’est ce qu’on appelle l’inversion sexuelle. Lorsqu’une femelle est fécondée par son propre pollen ou par le pollen d’une autre femelle après inversion sexuelle, les graines produites ne possèdent pas de chromosome Y. Ces graines sont dites féminisées car elles ne produiront probablement pas de mâles. Ces graines sont dites féminisées car elles ne produiront probablement pas de mâles. Il existe une possibilité, apparemment faible, que ces femelles féminisées produisent du pollen ou soient monoïques, mais en général, les semences féminisées promettent 99,9 % de chances d’obtenir uniquement des plantes femelles. Les graines féminisées sont sans aucun doute le choix préféré des cultivateurs qui veulent maximiser leurs rendements et s’assurer qu’ils ne manquent pas de bourgeons.

Qu’est-ce qu’une variété de cannabis CBG ?

Le CBG ou cannabigérol est l’un des nombreux cannabinoïdes du cannabis, considéré comme le précurseur des cannabinoïdes THCA et CBDA, découverts relativement récemment. Comme tous les cannabinoïdes, la plante le produit sous une forme acide, connue sous le nom d’acide cannabigérolique (CBGA). Celle-ci, lorsqu’elle est chauffée, se transforme en sa forme neutre CBG en raison de la décarboxylation. Les variétés de marijuana riches en CBG sont celles qui ont été développées de manière sélective pour leur teneur élevée en CBG, comme la White CBG, la Super Glue CBG et la Jack Frost CBG. En outre, les jeunes plants de marijuana ont une teneur plus élevée en CBG, en raison de la transformation du CBG en d’autres cannabinoïdes dans les plants plus développés.

Qu’est-ce que le cannabis à autofloraison ?

Les variétés de cannabis à floraison automatique sont un type particulier de plantes qui n’ont pas besoin de la lumière du soleil ou d’un changement de photopériode pour commencer à fleurir. En revanche, ils commencent à fleurir après avoir atteint un âge déterminé par la variété, entre 27 et 45 jours.

Dra. Daniela Vergara
Investigadora y catedrática | Especialista en cultivos emergentes y consultora de cannabis

Mi Cesta0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
Chat ouvert
1
Besoin d'aide ?
Bonjour !
Pouvons-nous vous aider ?
Attention Whatsapp (lundi-vendredi/ 11h00-18h00)