Tétrahydrocannabinol ou THC : le composant psychoactif de la marijuana

Molécule de THC

La plante de cannabis est l’une des premières plantes cultivées par l’homme. On sait qu’il est utilisé comme aliment, comme médicament et dans des rituels religieux depuis plus de deux millénaires (1, 2). Comme nous le verrons dans ce document, les composés qu’elle produit, en particulier le THC, ont joué un rôle majeur dans l’utilisation de la plante.

Découvrir le THC : le composé clé de la marijuana

Qu’est-ce que le THC ?

Le tétrahydrocannabinol, plus communément appelé THC, est un type de type de cannabinoïde et le principal composant psychoactif de la plante de cannabis. Son nom complet est delta-9-tétrahydrocannabinol, abrégé en delta-9-THC, qui correspond à la forme la plus connue et la plus étudiée du THC.

Quand le THC a-t-il été découvert ?

Le THC a été isolé de la plante de cannabis en 1964 par le célèbre chercheur Raphael Mechoulam.

Où se trouve le THC dans la plante ?

Le THC, comme les autres cannabinoïdes et les terpènes de la famille des terpènes du cannabis se trouve dans les trichomes trichomes glandulaires de la fleur de cannabis. Ces trichomes sont plus abondants sur les plantes dont les fleurs femelles ne sont pas fécondées (10). Grâce à un processus complexe qui se déroule dans les trichomes (appelé biosynthèse des cannabinoïdes ), les terpénoïdes et les phytocannabinoïdes sont formés à partir d’un précurseur commun, le pyrophosphate de géranyle (11).

Ce processus donnera naissance aux cannabinoïdes sous leur forme acide exprimée par un “A” à la fin du nom du cannabinoïde. Ainsi, l’acide delta-9-tétrahydrocannabinolique (THCA) est le composé que l’on trouve naturellement dans la plante. Bien que cette molécule puisse à elle seule générer une réponse dans l’organisme, l’exposition à la chaleur entraîne une décarboxylation. décarboxylation et perd sa propriété acide, devenant ainsi la puissante molécule neutre bioactive que nous connaissons sous le nom de THC.

Quelle est la teneur en THC de la marijuana ?

Plus de 100 phytocannabinoïdes ont été identifiés à ce jour dans les fleurs de cannabis, dont le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), cannabidiol (CBD), le cannabinol (CBN) , le cannabigérol (CBG) cannabichromène (CBC), tétrahydrocannabivarine (THCV), cannabidivarine (CBDV), cannabinediol (CBND), cannabinidiol (CBDL), entre autres (4). Parmi eux, le THC est celui que l’on trouve en plus grande proportion et auquel on attribue l’effet psychoactif de la plante.

La concentration de tétrahydrocannabinol dans les plantes de cannabis peut varier d’une souche à l’autre, mais elle est généralement maintenue au-dessus de 18 % à des fins commerciales. Ce pourcentage est le résultat d’une sélection effectuée au fil des ans pour produire des souches ou des chimiotypes riches en THC afin d’accroître leurs effets sur les utilisateurs (12).

De même, de nos jours, les types de marijuana suivants ont été développés types de marijuana à très faible teneur en tétrahydrocannabinol. C’est pourquoi les fleurs de cannabis CBD peuvent être achetées dans de nombreux pays d’Europe, sous le nom de “marijuana légale”, car elles maintiennent le taux de THC en deçà de la limite légale (entre 0,2 et 1 %, selon le pays).

Les phytocannabinoïdes tels que le THC sont des substances chimiques qui ont la capacité d’interagir avec le système endocannabinoïde . Ils ne sont pas exclusifs au cannabis, mais peuvent également être trouvés dans des plantes telles que le cannabis. L’échinacée (E. purpurea, E. angustifolia et E. pallida), Fleur de Sechuan ou fleur électrique (Acmella oleracea), fleur de papier (Helichrysum umbraculigerum) et hépatique (Radula marginata; 3).

Effets du THC

Comment fonctionne le THC ?

Le cannabis sativa est une plante aux teintes variées qui se distingue des autres par son arôme, qui lui est conféré par certaines substances chimiques présentes dans sa fleur. Ces substances, appelées terpènes et terpénoïdes, ainsi que les phytocannabinoïdes, sont les principaux constituants de la fleur de cannabis et on leur attribue des effets thérapeutiques et psychoactifs.

Le tétrahydrocannabinol est le phytocannabinoïde responsable de l’effet psychoactif de la plante de cannabis. Cet effet est dû au fait que le THC est un agoniste partiel des récepteurs cannabinoïdes 1 (CB1) et 2 (CB2).

Grâce à cette affinité, le THC active le système endocannabinoïde et déclenche des mécanismes produisant des signes neurocomportementaux.

Que signifie le fait que le THC soit psychoactif ?

Toute substance produisant un état de conscience altéré ou affectant l’activité mentale est considérée comme psychoactive. Le tétrahydrocannabinol, par exemple, produit des signes ou des symptômes tels que la mobilité réduite, l’hypothermie, l’analgésie et la sédation, ce qui est défini comme la tétrade cannabinoïde (6).

L’effet d’entourage et le THC

L’effet du cannabis n’est pas seulement dû à la liaison du THC aux récepteurs endocannabinoïdes (CB1 et CB2). Sa puissance serait liée aux terpènes et aux terpénoïdes également présents dans la fleur. La synergie végétale (7) résultant de la combinaison de tous les composants de la plante de cannabis se traduit par un effet d’entourage (effet entourage).

L’effet d’entourage désigne l’augmentation ou la diminution de l’efficacité du cannabis lorsque ses différents composants agissent ensemble.

Par exemple, l’efficacité de l huile de cannabis dans le traitement de l’acné pourrait être due non seulement à la présence de cannabinoïdes, mais aussi à sa synergie avec le limonène un terpénoïde présent dans les fleurs de cannabis et connu pour son action antibactérienne. Un autre exemple est que la présence de CBD ou de cannabidiol dans la plante de cannabis réduit les effets secondaires qui peuvent survenir lors de l’administration de THC seul (8).

Chez le Cannabis, l’effet d’entourage est dû au fait qu’il contient plus de 500 terpènes, terpénoïdes et cannabinoïdes (9), d’où la possibilité de très nombreuses combinaisons capables de moduler l’effet du THC. Pour cette raison, leur reproduction en laboratoire n’est pas possible et, par conséquent, l’effet d’entourage reste une hypothèse.

Le fait que l’effet d’entourage ne puisse pas être reproduit artificiellement prouve que les produits naturels peuvent être des outils puissants que la science ne peut pas mesurer avec précision.

Utilisations du THC : Potentiel thérapeutique de la marijuana

Dans le passé, même avant l’isolement du THC, les plantes de marijuana présentaient des concentrations plus équilibrées de phytocannabinoïdes et, peut-être en conséquence, de meilleurs effets thérapeutiques. Bien qu’aujourd’hui, avec des plantes aussi puissantes, la marijuana ait été scientifiquement associée à des effets négatifs, tout n’est pas perdu. Le cannabis médical est un concept qui reste valable, car certains effets continuent d’être bénéfiques pour les utilisateurs.

Le THC présent dans le cerveau peut fonctionner comme un agent anti-inflammatoire (13, 14), générer une légère activité bronchodilatatrice (15, 16) et être utilisé comme analgésique (16, 17). Toutefois, leur utilisation doit faire l’objet d’une évaluation stricte des risques et des bénéfices, idéalement sous la supervision d’un professionnel de la santé.

La consommation régulière à long terme de marijuana à forte teneur en THC peut causer des dommages irréversibles en raison de l’effet du THC sur le cerveau.

Le THC comme traitement

Quelles sont les maladies pour lesquelles la marijuana est utilisée ?

Bien que le THC soit un agent à risque pour la fonction neuronale, son utilisation est encouragée pour soulager des conditions complexes pour lesquelles il n’existe pas de traitement efficace.

Il s’agit notamment de la sclérose en plaques, de la douleur neuropathique et de la fibromyalgie. Le cannabis peut également être un traitement palliatif pour atténuer les effets de la chimiothérapie, Le cannabis peut également être un traitement palliatif pour atténuer les effets de la chimiothérapie chez les patients atteints de cancer (18). chez les patients atteints de cancer (18).

L’utilisation du cannabis pour d’autres maladies, ou à des fins récréatives, est recommandée avec des souches contenant de faibles concentrations de THC.

Les plantes de cannabis à prédominance de CBD et à très faible teneur en THC, comme le chanvre, évitent les effets psychoactifs indésirables de la marijuana.

Utilisations médicinales approuvées du THC

  • Douleur chronique (19, 20)
  • Sclérose en plaques (21)
  • Douleurs, nausées et vomissements dus à la chimiothérapie (22, 23)
  • Traitement de la fibromyalgie (24)
  • Analgésie de secours après une intervention chirurgicale (25). Nécessite une surveillance étroite de la part d’un professionnel de la santé.
  • Amélioration de l’appétit (26)

Quels sont les effets à long terme du THC ?

Ce qui se passe lorsque vous consommez régulièrement de la marijuana n’est pas exactement ce que vous souhaiteriez pour votre cerveau. Si, à court terme, le cannabis peut générer des sensations agréables et plaisantes, la consommation chronique de THC présente également des risques pour la santé mentale. Il convient de noter que les effets bénéfiques et dangereux de la marijuana sur le cerveau varient d’une personne à l’autre. Elle peut certainement être un outil de soutien pour les personnes atteintes de cancer, de sclérose en plaques, de fibromyalgie ou de douleurs chroniques, mais en fin de compte, c’est au médecin qu’il appartient de décider si elle peut aider une maladie.

Il reste encore beaucoup à découvrir sur le THC et le cannabis

La composition des fleurs de cannabis est complexe et difficile à caractériser. Toutes les plantes de cannabis, qu’elles soient de la même souche ou du même chémotype, présenteront un certain degré de disparité, car la formation de terpènes, de terpénoïdes et de cannabinoïdes dépend de la qualité du sol, des conditions environnementales de croissance et du phénotype particulier.

La plante de cannabis a commencé à être étudiée plus en détail après l’isolement du THC, mais sa composition complexe offre un large éventail de possibilités qui continuent à faire l’objet de recherches aujourd’hui.

* Ce billet est en mémoire du père de la science des cannabinoïdes, le professeur Raphael Mechoulam, décédé le 10 mars 2023.

Referencias
  1. Cohen, K., Weizman, A. et Weinstein, A. (2019). Effets positifs et négatifs du cannabis et des cannabinoïdes sur la santé. Pharmacologie clinique et thérapeutique, 105(5), 1139-1147. https://doi.org/10.1002/cpt.1381
  2. Russo E. B. (2007). Histoire du cannabis et de ses préparations dans la saga, la science et le sobriquet. Chimie et biodiversité, 4(8), 1614-1648. https://doi.org/10.1002/cbdv.200790144
  3. Messina, F., Rosati, O., Curini, M & Marcotullio, M.C. (2015) Chapter 2 – Cannabis and Bioactive Cannabinoids. Studies in Natural Products Chemistry. Elsevier. Pages 17-57, https://doi.org/10.1016/B978-0-444-63473-3.00002-2
  4. Salami, S. A., Martinelli, F., Giovino, A., Bachari, A., Arad, N. et Mantri, N. (2020). C’est à notre tour de nous défoncer au cannabis : mettre les cannabinoïdes dans les paniers de produits alimentaires et de santé. Molecules (Bâle, Suisse), 25(18), 4036. https://doi.org/10.3390/molecules25184036
  5. Tagen, M. et Klumpers, L. E. (2022). Revue du delta-8-tétrahydrocannabinol (Δ8 -THC) : pharmacologie comparative avec le Δ9 -THC. British journal of pharmacology, 179(15), 3915-3933. https://doi.org/10.1111/bph.15865
  6. Wiley, J. L. et Martin, B. R. (2003). Propriétés pharmacologiques des cannabinoïdes communes à d’autres médicaments à action centrale. European journal of pharmacology, 471(3), 185-193. https://doi.org/10.1016/s0014-2999(03)01856-9
  7. Williamson E. M. (2001). Synergie et autres interactions dans les phytomédicaments. Phytomedicine : international journal of phytotherapy and phytopharmacology, 8(5), 401-409. https://doi.org/10.1078/0944-7113-00060
  8. Russo, E. et Guy, G. W. (2006). A tale of two cannabinoids : the therapeutic rationale for combining tetrahydrocannabinol and cannabidiol (Un conte de deux cannabinoïdes : le raisonnement thérapeutique de la combinaison du tétrahydrocannabinol et du cannabidiol). Medical hypotheses, 66(2), 234-246. https://doi.org/10.1016/j.mehy.2005.08.026
  9. Gould J (2015). La culture du cannabis. Nature, 525(7570), S2-S3. https://doi.org/10.1038/525S2a
  10. Russo E. B. (2011). Apprivoiser le THC : synergie potentielle du cannabis et effets de l’entourage phytocannabinoïde-terpénoïde. British journal of pharmacology, 163(7), 1344-1364. https://doi.org/10.1111/j.1476-5381.2011.01238.x
  11. Fellermeier, M., Eisenreich, W., Bacher, A. et Zenk, M. H. (2001). Biosynthèse des cannabinoïdes. Expériences d’incorporation avec des glucoses marqués au (13)C. European journal of biochemistry, 268(6), 1596-1604. https://doi.org/10.1046/j.1432-1033.2001.02030.x
  12. Vergara, D., Gaudino, R., Blank, T. et Keegan, B. (2020). Modélisation des cannabinoïdes à partir d’un échantillon à grande échelle de chémotypes de Cannabis sativa. PloS one, 15(9), e0236878. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0236878
  13. Evans F. J. (1991). Cannabinoïdes : séparation des effets centraux et périphériques sur une base structurelle. Planta medica, 57(7), S60-S67.
  14. Anil, S. M., Peeri, H. et Koltai, H. (2022). Activité du cannabis médical contre l’inflammation : composés actifs et modes d’action. Frontiers in pharmacology, 13, 908198. https://doi.org/10.3389/fphar.2022.908198
  15. Tashkin, D. P., et Roth, M. D. (2019). Effets pulmonaires de la fumée de cannabis inhalée. The American journal of drug and alcohol abuse, 45(6), 596-609. https://doi.org/10.1080/00952990.2019.1627366
  16. Russo E. B. (2011). Apprivoiser le THC : synergie potentielle du cannabis et effets de l’entourage phytocannabinoïde-terpénoïde. British journal of pharmacology, 163(7), 1344-1364. https://doi.org/10.1111/j.1476-5381.2011.01238.x
  17. Ware, M. A., Jensen, D., Barrette, A., Vernec, A., & Derman, W. (2018). Le cannabis, la santé et la performance du sportif d’élite. Clinical journal of sport medicine : official journal of the Canadian Academy of Sport Medicine, 28(5), 480-484. https://doi.org/10.1097/JSM.0000000000000650
  18. MacCallum, C. A., et Russo, E. B. (2018). Considérations pratiques sur l’administration et le dosage du cannabis médical. European journal of internal medicine, 49, 12-19. https://doi.org/10.1016/j.ejim.2018.01.004
  19. Russo, E. B., Guy, G. W. et Robson, P. J. (2007). Cannabis, douleur et sommeil : leçons tirées des essais cliniques thérapeutiques du Sativex, un médicament à base de cannabis. Chimie et biodiversité, 4(8), 1729-1743. https://doi.org/10.1002/cbdv.200790150
  20. Haroutounian, S., Ratz, Y., Ginosar, Y., Furmanov, K., Saifi, F., Meidan, R. et Davidson, E. (2016). L’effet du cannabis médicinal sur la douleur et la qualité de vie dans la douleur chronique : une étude prospective ouverte. The Clinical journal of pain, 32(12), 1036-1043. https://doi.org/10.1097/AJP.0000000000000364
  21. Notcutt, W., Langford, R., Davies, P., Ratcliffe, S. et Potts, R. (2012). Étude de sevrage randomisée, en groupes parallèles, contrôlée par placebo, portant sur des sujets présentant des symptômes de spasticité dus à la sclérose en plaques et recevant un traitement de longue durée par Sativex® (nabiximols). Multiple sclerosis (Houndmills, Basingstoke, Angleterre), 18(2), 219-228. https://doi.org/10.1177/1352458511419700
  22. Johnson, J. R., Burnell-Nugent, M., Lossignol, D., Ganae-Motan, E. D., Potts, R. et Fallon, M. T. (2010). Étude multicentrique, en double aveugle, randomisée, contrôlée par placebo et en groupes parallèles de l’efficacité, de la sécurité et de la tolérabilité de l’extrait de THC:CBD et de l’extrait de THC chez des patients souffrant de douleurs cancéreuses réfractaires. Journal of pain and symptom management, 39(2), 167-179. https://doi.org/10.1016/j.jpainsymman.2009.06.008
  23. Abrahamov, A., Abrahamov, A. et Mechoulam, R. (1995). Un nouvel antiémétique cannabinoïde efficace en oncologie pédiatrique. Sciences de la vie, 56(23-24), 2097-2102. https://doi.org/10.1016/0024-3205(95)00194-b
  24. Fiz, J., Durán, M., Capellà, D., Carbonell, J. et Farré, M. (2011). Consommation de cannabis chez les patients atteints de fibromyalgie : effet sur le soulagement des symptômes et la qualité de vie liée à la santé. PloS one, 6(4), e18440. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0018440
  25. Holdcroft, A., Maze, M., Doré, C., Tebbs, S. et Thompson, S. (2006). Une étude multicentrique d’escalade de dose des effets analgésiques et indésirables d’un extrait oral de cannabis (Cannador) pour la gestion de la douleur postopératoire. Anesthesiology, 104(5), 1040-1046. https://doi.org/10.1097/00000542-200605000-00021
  26. Cota D, Marsicano G, Lutz B, Vicennati V, Stalla GK, Pasquali R, Pagotto U. Endogenous cannabinoid system as a modulator of food intake. Int J Obes Relat Metab Disord. 2003 Mar;27(3):289-301. doi : 10.1038/sj.ijo.0802250. PMID : 12629555.

Informations sur le THC (questions fréquemment posées)

Que signifie THC ?

Le THC est l’abréviation de tétrahydrocannabinol, un type de cannabinoïde composé chimiquement de carbone, d’hydrogène et d’oxygène.

Quelle est la formule chimique du THC ?

Formule chimique du THC : C21H30O2

Quelles sont les différences entre le delta-9-THC et le delta-8-THC ?

Le delta-9 fait référence à la configuration de la structure moléculaire du THC. Le delta-8-THC, bien qu’il ait la même composition chimique que le delta-9-THC, a une configuration différente, avec des liaisons moléculaires différentes. Bien que cette différence semble mineure, cette isomérie confère aux deux molécules de THC des propriétés différentes et entraîne donc des effets différents dans l’organisme (5). Il convient de mentionner que l’acronyme THC n’est utilisé que pour décrire le delta-9-THC dans la littérature.

Masha Burelo
Investigadora en cannabinoides | Doctoranda en Neurociencia

Mi Cesta0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
Chat ouvert
1
Besoin d'aide ?
Bonjour !
Pouvons-nous vous aider ?
Attention Whatsapp (lundi-vendredi/ 11h00-18h00)