Les récepteurs cannabinoïdes : la clé pour comprendre les effets du cannabis

récepteurs cannabinoïdes

Que sont les récepteurs cannabinoïdes ?

Les récepteurs cannabinoïdes sont des composants de la paroi cellulaire qui interagissent avec les cannabinoïdes. Ces récepteurs sont impliqués dans la transmission des signaux et jouent un rôle crucial dans les effets et les propriétés thérapeutiques des cannabinoïdes, notamment le cannabidiol ou CBD et le tétrahydrocannabinol ou THC. En se liant aux récepteurs cannabinoïdes, les cannabinoïdes peuvent moduler diverses fonctions physiologiques et biochimiques dans le corps humain.

Ces récepteurs font partie du système endocannabinoïde avec les cannabinoïdes et les enzymes cannabinoïdes.

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler des récepteurs cellulaires, ou ils vous rappellent vaguement les cours de biologie que vous avez suivis au lycée. Cependant, il est fondamental de comprendre les récepteurs cannabinoïdes pour comprendre certaines informations sur la pharmacologie du chanvre et du cannabis. Nous expliquons ici quels sont les différents types de récepteurs cannabinoïdes, comment ils fonctionnent et quels sont leurs effets.

Définition des récepteurs cannabinoïdes

Les récepteurs cannabinoïdes sont des protéines de la membrane cellulaire auxquelles les cannabinoïdes se lient. Sa fonction est de d’activer le système endocannabinoïde et de produire tous ses effets.

Sans récepteurs cannabinoïdes, ni le CBD, ni le THC, ni aucun autre cannabinoïde n’aurait d’effet sur l’organisme. Ils constituent donc un élément essentiel du système endocannabinoïde.

Ce système joue un rôle essentiel dans de nombreux processus physiologiques, tels que la modulation de la libération des neurotransmetteurs, la régulation de la perception de la douleur et la fonction cardiovasculaire. Les récepteurs cannabinoïdes jouent un rôle central dans le fonctionnement de ce système.

Fonctions des récepteurs cannabinoïdes

Les récepteurs cannabinoïdes ont une structure spécifique qui leur permet de se lier aux cannabinoïdes. On peut les imaginer comme des serrures sur les membranes cellulaires, qui ne peuvent être ouvertes que par les bonnes “clés”, qui sont les endocannabinoïdes produits par l’organisme.

On a également constaté que les cannabinoïdes présents dans le cannabis agissent comme des clés, en activant ces récepteurs cannabinoïdes. Lorsque les récepteurs cannabinoïdes sont activés, un certain nombre de changements se produisent dans l’organisme et donnent lieu aux multiples effets des cannabinoïdes.

Importance des récepteurs cannabinoïdes

Les récepteurs cannabinoïdes sont d’une grande importance dans la recherche sur les effets des cannabinoïdes. Selon le type de récepteur activé, les cannabinoïdes auront des effets différents. C’est ce qui fait la différence entre un cannabinoïde comme le THC et un autre comme le CBD. Bien que les deux soient psychoactifs et affectent le système nerveux central, seul le THC a des effets psychoactifs significatifs, ce qui n’est pas le cas du CBD.

En outre, on connaît de plus en plus de substances qui modifient les effets des cannabinoïdes en agissant sur les récepteurs cannabinoïdes. Ces substances peuvent renforcer ou bloquer les effets des cannabinoïdes. Par exemple, on parle de synergies entre les terpènes et les cannabinoïdes dans l’huile de CBD à spectre complet. huile de CBD à spectre complet . Un autre exemple intéressant est la façon dont le CBD réduit la toxicité du THC.

En d’autres termes, les cannabinoïdes n’agissent pas seuls : leurs effets sont le résultat d’une interaction complexe entre les récepteurs cannabinoïdes, les enzymes et les cannabinoïdes eux-mêmes. Les récepteurs cannabinoïdes, CB1 et CB2, jouent un rôle important dans l’organisme et sont responsables des différents effets des cannabinoïdes. Voici le monde passionnant des récepteurs cannabinoïdes et tout ce qu’il implique sur le système endocannabinoïde !

Types de récepteurs cannabinoïdes

Il existe deux types principaux de récepteurs cannabinoïdes : CB1 et CB2. La complexité de la question des récepteurs cannabinoïdes réside dans le fait que chaque type de récepteur est réparti différemment dans l’organisme et que chacun est responsable de fonctions différentes(1).

Récepteurs cannabinoïdes CB1

Les récepteurs cannabinoïdes CB1 se trouvent principalement dans le cerveau et sont étroitement liés aux effets psychoactifs du THC. effets psychoactifs du THC .

Les récepteurs cannabinoïdes de type CB1 sont principalement répartis dans le cerveau, mais aussi dans de nombreuses autres parties du corps.

Elles sont réparties dans diverses régions du cerveau (telles que l’hippocampe, les ganglions de la base, le cortex, le cervelet et d’autres régions du télencéphale et du diencéphale), et se trouvent également dans d’autres organes et tissus du corps tels que les adipocytes (cellules graisseuses), le foie, les poumons, le tissu musculaire lisse du tube digestif, les cellules bêta du pancréas (responsables de la libération d’insuline et de la régulation de la glycémie), l’endothélium vasculaire (la paroi de nos artères et de nos veines), ainsi que les organes reproducteurs, le système immunitaire et les nerfs sensoriels périphériques et les nerfs sympathiques dans d’autres parties du corps.

Les récepteurs cannabinoïdes CB1 semblent être impliqués dans les activités biologiques cardiovasculaires, gastro-intestinales et hépatiques. Plus précisément, dans le foie, elle influence la lipogenèse de novo (3). En outre, ils semblent jouer un rôle important dans la sensation de douleur, la mémoire olfactive et la réponse au stress (4, 5, 6, 7). Ces récepteurs sont également responsables des effets euphorisants et anticonvulsivants du cannabis.

La présence de récepteurs cannabinoïdes CB1 dans le système cardiovasculaire expliquerait l’un des effets secondaires les plus connus du THC : la lipotimie. La lipothymie est une brève perte de conscience qui survient lorsque l’irrigation sanguine du cerveau diminue. Elle peut être causée par une consommation importante de marijuana, car le THC a un effet sédatif sur les parois des vaisseaux sanguins (avec de nombreux récepteurs CB1).

Le système digestif contient des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, ce qui expliquerait l’utilisation du cannabis médical dans les cas d’anorexie.

De plus, la présence des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 dans les organes digestifs, qui régulent l’absorption des nutriments et l’équilibre énergétique, explique certains des effets thérapeutiques des cannabinoïdes. Le THC est largement reconnu en médecine pour provoquer une augmentation de la faim et est donc utilisé dans les traitements de l’anorexie et des maladies débilitantes telles que le VIH et le cancer.

Récepteurs cannabinoïdes CB2

Les récepteurs cannabinoïdes CB2, quant à eux, sont principalement situés dans le système immunitaire et dans les tissus périphériques, y compris le système endocannabinoïde de la peau. Ces récepteurs sont associés à des propriétés anti-inflammatoires et peuvent jouer un rôle dans le soulagement de la douleur et la modulation de la réponse immunitaire.

Les récepteurs CB2 sont présents dans les tissus périphériques, en particulier dans le système immunitaire, et il a été démontré qu’ils ont une forte capacité à moduler la réponse des cellules de défense.

Plus précisément, les récepteurs CB2 sont présents sur les cellules de la moelle osseuse, du thymus, de la rate, des amygdales, des lymphocytes T et B, des monocytes, des cellules NK, des PMN et des mastocytes, qui sont tous des éléments clés du système immunitaire. La stimulation des récepteurs CB2 a été associée principalement au soulagement de la douleur et aux effets anti-inflammatoires.

71% des récepteurs cannabinoïdes CB2 ont été localisés dans les ganglions lymphatiques.

Contrairement aux récepteurs CB1, les récepteurs CB2 sont pratiquement absents du système nerveux central (SNC). Bien que la présence de CB2 ait été détectée dans les cellules gliales et les astrocytes du cerveau, sa présence dans les neurones n’est pas claire. Des recherches récentes suggèrent que le récepteur cannabinoïde CB2 pourrait moduler les émotions et être lié à la schizophrénie, à l’anxiété, à la dépression et à la mémoire.

CBD et récepteurs cannabinoïdes

Quant au CBD, bien qu’il ne se lie pas directement aux récepteurs cannabinoïdes CB1 ou CB2, on a constaté qu’il modulait l’activité de ces récepteurs et des récepteurs apparentés(10, 11, 12). Cela explique en partie pourquoi le CBD peut avoir des effets thérapeutiques divers et comment il peut influencer la réponse de l’organisme aux cannabinoïdes.

Comment les substances peuvent-elles interagir avec les récepteurs cannabinoïdes ?

Différentes substances agissent sur les récepteurs cannabinoïdes. Ces interactions peuvent être de différents types :

  • Agonistes naturels : Endocannabinoïdes Les endocannabinoïdes sont les ligands agonistes naturels des récepteurs cannabinoïdes, car ce sont les substances physiologiques ou endogènes (produites par l’organisme) pour lesquelles le récepteur cellulaire est “conçu”.
  • Agonistes: les cannabinoïdes du cannabis et les cannabinoïdes artificiels sont des ligands agonistes des récepteurs cannabinoïdes. Un agoniste est une substance capable de se lier à un récepteur cellulaire et de provoquer une action spécifique dans la cellule, généralement similaire à celle produite par une substance physiologique. Bien que les phytocannabinoïdes soient structurellement très différents des endocannabinoïdes, ils peuvent se lier aux mêmes récepteurs. Cette union peut être totale ou partielle.
  • Modulateurs allostériques: certains cannabinoïdes (et d’autres substances, comme les terpènes) peuvent se lier partiellement à un récepteur, modifiant la forme du récepteur et sa liaison aux cannabinoïdes. Il s’agit de modulateurs allostériques. Les modulateurs peuvent être positifs (ils augmentent l’affinité des cannabinoïdes pour le récepteur et renforcent leurs effets) ou négatifs (ils diminuent l’affinité des cannabinoïdes pour le récepteur et réduisent leurs effets).

Le CBD est un exemple de modulateur allostérique négatif du récepteur CB1. Cela signifie que leur liaison n’active pas le récepteur, mais diminue son activité. Le CBD réduit donc les effets psychoactifs du THC.

récepteurs cb1 et cb2
Types d’interactions entre les substances et les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2. Adapté de la source.
  • Antagonistes: Enfin, il existe des ligands antagonistes des récepteurs cannabinoïdes, qui sont des molécules qui bloquent le récepteur, empêchant les cannabinoïdes de s’y fixer. Il s’agit d’un système naturel d’autorégulation des cellules, qui limite la suractivation de ces récepteurs, mais qui peut également être utilisé de manière pharmacologique pour atténuer les effets des cannabinoïdes. Les antagonistes peuvent être compétitifs (ils entrent en compétition avec les cannabinoïdes pour se lier aux récepteurs) ou non compétitifs. Ils peuvent également être réversibles ou non…

Ce sont les principales interactions avec les récepteurs cannabinoïdes. Des interactions similaires se produisent également avec les cannabinoïdes et les enzymes qui les dégradent. A ce stade, le lecteur peut imaginer la complexité de la recherche sur les nouvelles substances cannabinoïdes…

En conclusion…

Les récepteurs cannabinoïdes sont des éléments clés du système endocannabinoïde et jouent un rôle crucial dans la modulation des fonctions physiologiques et biochimiques du corps humain. Leur distribution et leurs fonctions spécifiques, tant dans le cerveau que dans le système immunitaire et d’autres tissus, sont fondamentales pour comprendre les effets des cannabinoïdes et leur potentiel thérapeutique.

Récepteurs cannabinoïdes Foire aux questions (FAQ)

Quelle est la différence entre les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 ?

La différence entre les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 réside dans leur répartition différente dans le corps et dans leurs fonctions. En général, les récepteurs cannabinoïdes CB1 se trouvent principalement dans le système nerveux central et jouent un rôle important dans les fonctions cérébrales et nerveuses, tandis que les récepteurs cannabinoïdes CB2 se trouvent principalement dans le système immunitaire et sont associés à la régulation de la réponse immunitaire et de l’inflammation.

Quels sont les médicaments qui agissent sur les récepteurs cannabinoïdes ?

Les récepteurs cannabinoïdes ouvrent la voie à une nouvelle approche pharmacothérapeutique. Plusieurs médicaments ont été mis au point pour agir sur les récepteurs cannabinoïdes, comme le Sativex et l’Epidiolex, qui contiennent des cannabinoïdes naturels et sont utilisés pour traiter respectivement la spasticité et des formes rares d’épilepsie. D’autres médicaments tels que le Marinol et le Cesamet contiennent des cannabinoïdes synthétiques et sont utilisés pour traiter les nausées, les vomissements et pour stimuler l’appétit. Un autre exemple est le Rimonabant, un médicament qui agit comme un antagoniste des récepteurs cannabinoïdes CB1 et qui a été utilisé pour le traitement de l’obésité et du syndrome métabolique. Cependant, en raison d’effets secondaires liés à la dépression et à un risque accru de suicide, il a été retiré du marché. L’utilisation de cette classe de médicaments est difficile en raison de la complexité de la régulation de ces récepteurs dans l’organisme.

Existe-t-il des récepteurs cannabinoïdes autres que CB1 et CB2 ?

Outre les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, d’autres types de récepteurs cannabinoïdes ont été suggérés dans le corps humain, tels que les récepteurs GPR55, GPR18 et GPR119. Ces récepteurs sont étudiés en relation avec des fonctions telles que la régulation de la douleur, la réponse inflammatoire et les processus métaboliques. Toutefois, leur classification précise et leur interaction avec les cannabinoïdes font encore l’objet de débats, et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pleinement la manière dont les cannabinoïdes interagissent avec l’organisme et leur potentiel thérapeutique. Cette découverte suggère que le système endocannabinoïde est plus complexe qu’on ne le pensait initialement et pourrait avoir des implications pour le développement de nouvelles thérapies.

Laura Salas
R&D Cannactiva | Cannabis Cosmetologist. Expert en cannabis et en cosmétiques naturels à base de CBD

Mi Cesta0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
Chat ouvert
1
Besoin d'aide ?
Bonjour !
Pouvons-nous vous aider ?
Attention Whatsapp (lundi-vendredi/ 11h00-18h00)