Le cannabis a-t-il les mêmes effets sur les hommes et les femmes ?

Plante de cannabis

Le cannabis affecte-t-il les hommes et les femmes de la même manière ? Aujourd’hui, sur le blog Cannactiva, le Dr Caudevilla explique des faits intéressants sur la façon dont le cannabis affecte différemment les hommes et les femmes.

Pourquoi les hommes et les femmes peuvent-ils ressentir le cannabis différemment ?

Au sens large, la plupart des effets produits par le cannabis sont communs aux hommes et aux femmes. Cependant, certaines études montrent que certains effets des cannabinoïdes peuvent s’exprimer différemment chez les hommes et les femmes, en raison de différences physiologiques entre les deux sexes.

Selon l’une des dernières revues scientifiques (1), les effets sur la prise alimentaire, l’homéostasie énergétique et la diminution du comportement sexuel sont plus marqués chez les hommes, tandis que les effets sur l’analgésie, l’activité motrice, la dépression, l’augmentation du comportement sexuel, la cataplexie et l’anxiété sont plus marqués chez les femmes. En revanche, il n’existe pas de différences biologiques claires entre les sexes en ce qui concerne les effets du cannabis sur des domaines tels que le stress, l’impulsivité, l’hypothermie, la cognition, l’apprentissage, la dépendance, la récompense et la mémoire.

Explication

La façon dont les médicaments et autres substances affectent notre corps peut varier en fonction de différents facteurs. Par exemple, les différences de fonctionnement du corps au début et à la fin de la vie font que certains médicaments ne peuvent pas être utilisés spécifiquement chez les enfants ou les personnes âgées. Les différents modes de vie (alimentation, sport, consommation d’alcool, tabagisme) entraînent également des variations significatives des effets de certains médicaments.

Cette variabilité des effets s’étend également aux questions de sexe biologique. Les différences hormonales, la répartition et la proportion différentes des tissus adipeux et musculaires, les variations des fonctions hépatiques et rénales, etc. font que certains médicaments se comportent différemment chez les hommes et les femmes. Et ce que nous appelons “drogues” n’est qu’un groupe hétérogène de drogues regroupées sous ce surnom pour des raisons politiques, économiques et surtout morales. Donc oui, le cannabis peut affecter différemment les hommes et les femmes. Nous consacrerons cet article aux différences spécifiques entre les hommes et les femmes en ce qui concerne la consommation de cannabis et de CBD. Nous aborderons également d’autres différences spécifiques liées à la CDB et au sexe.

Comment le THC affecte-t-il les hommes et les femmes ?

Les femmes sont plus sensibles à l’effet sédatif du cannabis

Les hormones sexuelles masculines (testostérone) et féminines (œstrogènes) jouent un rôle dans la manière dont le corps réagit à l’action des cannabinoïdes. Par exemple, on a constaté que les femmes sont plus sensibles aux effets analgésiques des cannabinoïdes en raison de l’influence des œstrogènes sur le système endocannabinoïde (2, 3).

A faible dose de THC, les femmes perçoivent davantage ses effets que les hommes. En outre, les œstrogènes augmentent l’analgésie.

Les bienfaits du CBD pour le bien-être
Par rapport aux hommes, les femmes peuvent ressentir un effet plus important des cannabinoïdes.

THC : affecte-t-il davantage les femmes ou les hommes ?

Des recherches suggèrent que les femmes métabolisent certains cannabinoïdes, tels que le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), différemment des hommes. En général, à dose égale, les effets (souhaités et négatifs) sont plus importants chez les femmes, mais la prudence est de mise car ces études proviennent souvent de sources de recherche très basiques.

Les femmes ont généralement une composition corporelle plus grasse, un pourcentage plus élevé de tissu adipeux, et cette différence peut affecter la réponse aux cannabinoïdes, qui sont lipophiles. Les femmes, qui ont un pourcentage plus élevé de tissu adipeux, peuvent retenir davantage de THC dans les cellules adipeuses, ce qui peut modifier la biodisponibilité et les effets des cannabinoïdes. D’autres différences biochimiques pourraient l’expliquer, comme le métabolisme des enzymes P450 du foie et la quantité de récepteurs cannabinoïdes CB1 (1).

Les femmes ont tendance à ressentir les effets du cannabis plus intensément que les hommes. Cela est dû à des différences dans le métabolisme du THC, à une plus grande proportion de tissu adipeux qui affecte la biodisponibilité des cannabinoïdes, et à l’influence des hormones sexuelles, telles que l’œstrogène, qui peut augmenter la sensibilité aux effets analgésiques et sédatifs des cannabinoïdes.

En revanche, par rapport aux femmes, les hommes présentent des niveaux plus élevés de THC circulant après avoir fumé de la marijuana, ce qui se traduit par des effets subjectifs plus importants (1).

CBD Amis Nature Bonheur
Les hommes ont tendance à consommer de la marijuana en plus grandes quantités et plus fréquemment que les femmes, et présentent des taux de THC plus élevés dans le sang après avoir fumé. Cependant, les femmes ressentent des effets plus importants aux mêmes doses.

Les hommes et les femmes réagissent-ils de la même manière à la douleur ?

La recherche a montré que les cannabinoïdes peuvent avoir des effets analgésiques, c’est-à-dire qu’ils soulagent la douleur. Il a été noté que les différences de perception de la douleur entre les hommes et les femmes peuvent influencer la façon dont ils réagissent aux cannabinoïdes pour traiter la douleur (1).

Raisons de la consommation

La recherche suggère que les femmes sont plus susceptibles de consommer du cannabis pour des “raisons fonctionnelles”, telles que le contrôle de la douleur et de l’anxiété, tandis que les hommes sont plus susceptibles de rechercher les effets récréatifs ou gratifiants du cannabis (3). Si ces différences peuvent être influencées par l’effet du médicament sur l’organisme, un facteur socioculturel doit être pris en compte.

Qui est le plus mauvais élève en matière de consommation de cannabis ?

Aucune différence n’a été constatée en ce qui concerne la fréquence d’apparition de l’anxiété, les effets neurocognitifs d’une utilisation régulière et fréquente ou les effets psychologiques généraux. Certaines études soulignent que l’augmentation de l’appétit ou les effets cardiovasculaires sont plus fréquents et plus intenses chez les hommes (4), et que les effets analgésiques ou leur association avec des symptômes dépressifs ou de dépendance sont plus fréquents chez les femmes (2).

Les études neurobiologiques du système endocannabinoïde ont permis d’expliquer certaines de ces différences. Par exemple, on sait que les femelles (du moins chez les animaux) ont moins de récepteurs CB1 dans certaines zones du cerveau (3, 5). C’est à ce récepteur que le THC se lie pour produire les effets psychoactifs de la marijuana. Cela pourrait peut-être expliquer la plus grande association avec les effets dépressifs du cannabis chez les femmes.

Il existe également des différences dans le potentiel d’abus et de dépendance, qui peuvent s’expliquer, au moins en partie, par des différences hormonales : la testostérone exercerait un effet protecteur contre ces problèmes, tandis que la progestérone serait un facteur de risque (6).

Certaines études ont également abouti à des conclusions surprenantes : par exemple, la consommation conjointe de tabac et de cannabis est associée à un risque accru de pneumothorax (apparition de poches d’air dans la cavité pleurale) chez les hommes, mais pas chez les femmes (7).

Influences culturelles et environnementales sur les effets du cannabis

Les différences entre les habitudes de consommation de cannabis des hommes et des femmes dans différents pays suggèrent que des facteurs environnementaux et culturels liés au sexe jouent également un rôle.

Ces différences entre hommes et femmes sont basées sur des recherches qui relèvent davantage des sciences sociales que de la biosanté. Les motivations sociales, les attitudes et les perceptions à l’égard de la consommation de cannabis varient et diffèrent d’une culture à l’autre et, dans une certaine mesure, façonnent également l’expérience du cannabis.

Classiquement, la consommation de drogues chez les hommes est mieux tolérée socialement que chez les femmes. L’image sociale de la masculinité implique une attitude plus compulsive, avec un plus grand esprit d’aventure, une tendance à prendre des risques… On attend cependant d’eux plus de réflexivité, de retenue et de prudence. La perception sociale d’une fille intoxiquée par des drogues (alcool, cannabis ou autre) est différente de celle d’un garçon dans la même situation. L’été dernier, les médias ont fait état d’une hystérie à propos de la “destruction de clubs”. Les cas de personnes (hommes) injectant une substance inconnue à des femmes pour les faire plier se sont révélés faux. Mais la légende urbaine fonctionnait parfaitement comme une métaphore tordue du “petit chaperon rouge”, illustrant les dangers auxquels s’exposent les jeunes filles qui aiment trop sortir la nuit.

Curiosités sur la consommation de cannabis et le genre

Quel sexe consomme le plus de cannabis, les hommes ou les femmes ?

En général, les hommes ont tendance à consommer du cannabis plus fréquemment que les femmes dans tous les groupes d’âge, que ce soit de manière occasionnelle ou régulière. La tranche d’âge la plus consommatrice de cannabis est celle des 15-24 ans, où environ 27% des garçons et 18% des filles en ont consommé au cours de l’année écoulée (8). En outre, les hommes ont tendance à commencer à consommer du cannabis à un âge plus précoce que les femmes. La curiosité, les influences sociales et les différences de comportement attribuées aux rôles sociaux sont souvent considérées comme des facteurs d’influence.

Quels sont les effets du CBD en fonction du sexe ?

Jusqu’à présent, il existe peu d’études sexospécifiques sur le CBD. On sait que les femmes sont plus susceptibles d’utiliser le CBD à des fins thérapeutiques que les hommes (10, 11, 12). Une autre étude récente portant sur des patients souffrant de douleurs chroniques a révélé que les femmes étaient beaucoup plus susceptibles de subir des effets indésirables du cannabis médical (notamment gastro-intestinaux, sur le système nerveux central et psychologiques), tout en consommant des doses mensuelles de CBD beaucoup plus élevées que les hommes (14). Certaines études sur les rongeurs ont montré des différences significatives dans le métabolisme du CBD chez les femelles par rapport aux mâles (15, 16, 17). Ces variations ont également été observées chez l’homme (18). Par exemple, la quantité de CBD accumulée dans le sang après administration est plus élevée chez les femmes. Cependant, aucune différence dans les effets thérapeutiques en fonction du sexe n’a été constatée chez l’homme (19).

En bref…

Les effets du THC et du cannabis diffèrent entre les hommes et les femmes. Certaines s’expliquent par des questions biologiques liées au genre, telles que celles liées à la pharmacologie (métabolisme, interaction avec les hormones sexuelles, différences dans le système endocannabinoïde…), tandis que d’autres sont liées à des questions culturelles et sociales. D’autre part, le nombre d’études portant sur cet aspect est relativement faible, et il est possible que des recherches supplémentaires modifient ce point de vue.

Références
  1. Fattore L, Fratta W. Quelle est l’importance des différences entre les sexes dans l’action des cannabinoïdes ? Br J Pharmacol. 2010 Jun;160(3):544-8. doi: 10.1111/j.1476-5381.2010.00776.x. PMID : 20590564 ; PMCID : PMC2931555.
  2. Santoro A, Mele E, Marino M, Viggiano A, Nori SL, Meccariello R. The Complex Interplay between Endocannabinoid System and the Estrogen System in Central Nervous System and Periphery. Int J Mol Sci. 2021 Jan 19;22(2):972. doi : 10.3390/ijms22020972. PMID : 33478092 ; PMCID : PMC7835826.
  3. Cooper ZD, Craft RM. Effets sexodépendants du cannabis et des cannabinoïdes : une perspective translationnelle. Neuropsychopharmacologie. 2018 Jan;43(1):34-51. doi : 10.1038/npp.2017.140. Epub 2017 Jul 17. PMID : 28811670 ; PMCID : PMC5719093.
  4. Leatherdale ST, Hammond DG, Kaiserman M, Ahmed R. Marijuana and tobacco use among young adults in Canada : are they smoking what we think they are smoking ? Contrôle des causes du cancer. 2007 Mai;18(4):391-7. doi: 10.1007/s10552-006-0103-x. Epub 2007 Jan 18. PMID : 17235494.
  5. Castelli MP, Fadda P, Casu A, Spano MS, Casti A, Fratta W, Fattore L. Male and female rats differ in brain cannabinoid CB1 receptor density and function and in behavioural traits predisposing to drug addiction : effect of ovarian hormones. Curr Pharm Des. 2014;20(13):2100-13. doi: 10.2174/13816128113199990430. Epub 2013 Jul 9. PMID : 23829370.
  6. Marusich JA, Craft RM, Lefever TW, Wiley JL. L’impact des hormones gonadiques sur la dépendance aux cannabinoïdes. Exp Clin Psychopharmacol. 2015 Aug;23(4):206-16. doi : 10.1037/pha0000027. PMID : 26237318 ; PMCID : PMC4696547.
  7. Hedevang Olesen W, Katballe N, Sindby JE, Titlestad IL, Andersen PE, Ekholm O, Lindahl-Jacobsen R, Licht PB. Le cannabis augmente le risque de pneumothorax spontané primaire chez les fumeurs de tabac : une étude cas-témoins. Eur J Cardiothorac Surg. 2017 Oct 1;52(4):679-685. doi : 10.1093/ejcts/ezx160. PMID : 28605480.
  8. Ministère de l’Espagne, Rapport EDADES, 2022. https://pnsd.sanidad.gob.es/profesionales/sistemasInformacion/sistemaInformacion/pdf/2022_Informe_EDADES.pdf
  9. Payne KS, Mazur DJ, Hotaling JM, Pastuszak AW. Cannabis et fertilité masculine : une revue systématique. J Urol. 2019 Oct;202(4):674-681. doi: 10.1097/JU.0000000000000248. Epub 2019 Sep 6. PMID : 30916627 ; PMCID : PMC7385722.
  10. Fedorova EV, Wong CF, Ataiants J, Iverson E, Conn BM, Lankenau SE. Consommation de cannabidiol (CBD) et d’autres drogues chez les jeunes adultes consommateurs de cannabis à Los Angeles. Drogue Alcool Dépend. 2021 Apr 1;221:108648. doi: 10.1016/j.drugalcdep.2021.108648. Epub 2021 Feb 22. PMID : 33676073 ; PMCID : PMC8462788.
  11. Boehnke KF, Scott JR, Litinas E, Sisley S, Clauw DJ, Goesling J, Williams DA. Préférences en matière de consommation de cannabis et prise de décision au sein d’une cohorte transversale de patients souffrant de douleurs chroniques et traités au cannabis médical. J Pain. 2019 Nov;20(11):1362-1372. doi: 10.1016/j.jpain.2019.05.009. Epub 2019 May 24. PMID : 31132510.
  12. Kalaba M, Ware MA. Profils cannabinoïdes chez les utilisateurs de cannabis médical : effets de l’âge, du sexe, des symptômes et de la durée de l’utilisation. Cannabis Cannabinoid Res. 2022 Dec;7(6):840-851. doi : 10.1089/can.2020.0120. Epub 2021 May 17. PMID : 33999649 ; PMCID : PMC9784598.
  13. Aviram J, Lewitus GM, Vysotski Y, Berman P, Shapira A, Procaccia S, Meiri D. Sex differences in medical cannabis-related adverse effects. La douleur. 2022 May 1;163(5):975-983. doi: 10.1097/j.pain.0000000000002463. PMID : 34538843 ; PMCID : PMC9009319.
  14. Aviram J, Lewitus GM, Vysotski Y, Berman P, Shapira A, Procaccia S, Meiri D. Sex differences in medical cannabis-related adverse effects. La douleur. 2022 May 1;163(5):975-983. doi: 10.1097/j.pain.0000000000002463. PMID : 34538843 ; PMCID : PMC9009319.
  15. Child RB, Tallon MJ. Dosage du cannabidiol (CBD) : pharmacocinétique plasmatique et effets sur l’accumulation dans les muscles squelettiques, le foie et le tissu adipeux. Nutriments. 2022 Mai 18;14(10):2101. doi : 10.3390/nu14102101. PMID : 35631242 ; PMCID : PMC9146469.
  16. Kaplan JS, Wagner JK, Reid K, McGuinness F, Arvila S, Brooks M, Stevenson H, Jones J, Risch B, McGillis T, Budinich R, Gambell E, Predovich B. Cannabidiol Exposure During the Mouse Adolescent Period Is Without Harmful Behavioral Effects on Locomotor Activity, Anxiety, and Spatial Memory. Front Behav Neurosci. 2021 Aug 26;15:711639. doi: 10.3389/fnbeh.2021.711639. PMID : 34512286 ; PMCID : PMC8426900.
  17. Child RB, Tallon MJ. Dosage du cannabidiol (CBD) : pharmacocinétique plasmatique et effets sur l’accumulation dans les muscles squelettiques, le foie et le tissu adipeux. Nutriments. 2022 Mai 18;14(10):2101. doi : 10.3390/nu14102101. PMID : 35631242 ; PMCID : PMC9146469.
  18. Consroe P, Kennedy K, Schram K. Assay of plasma cannabidiol by capillary gas chromatography/ion trap mass spectroscopy following high-dose repeated daily oral administration in humans. Pharmacol Biochem Behav. 1991 Nov;40(3):517-22. doi: 10.1016/0091-3057(91)90357-8. PMID : 1666917.
  19. Bolsoni LM, Crippa JAS, Hallak JEC, Guimarães FS, Zuardi AW. L’effet anxiolytique du cannabidiol dépend de la nature du traumatisme lorsque les patients souffrant de stress post-traumatique se souviennent de l’événement déclencheur. Braz J Psychiatry. 2022 mai-juin;44(3):298-307. doi: 10.1590/1516-4446-2021-2317. PMID : 35293520 ; PMCID : PMC9169481.

Dr. Fernando Caudevilla
Médecin de famille et expert en toxicomanie. Elle travaille sur différents projets d'assistance, de recherche et de formation liés à la drogue, y compris le cannabis thérapeutique.

Mi Cesta0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
Chat ouvert
1
Besoin d'aide ?
Bonjour !
Pouvons-nous vous aider ?
Attention Whatsapp (lundi-vendredi/ 11h00-18h00)