Peut-on se voir infliger une amende pour avoir transporté ou fumé du CBD dans la rue ?

Amende pour avoir fumé du CBD dans la rue

La popularité croissante de l’achat de fleurs de l’achat de fleurs de CBD en ligne a suscité de nombreuses questions sur sa légalité et les sanctions éventuelles liées à son utilisation. Dans le billet d’aujourd’hui, nous examinons de plus près si les bourgeons de chanvre sont légaux, les principaux aspects de l’utilisation du chanvre et si le fait de transporter ou de fumer du CBD dans des lieux publics peut donner lieu à des amendes.

Est-il légal de fumer du CBD dans la rue ?

La légalité du port ou de la consommation de CBD dans la rue est plus complexe qu’il n’y paraît. En principe, ils ne devraient pas être condamnés à une amende pour la possession ou l’utilisation d’une substance légale, qui n’est pas un stupéfiant, et dont l’utilisation n’est pas interdite. Toutefois, dans le cas des fleurs de CBD, vous serez très probablement dénoncé et condamné à une amende.

L’amende de la CDB peut faire l’objet d’un recours, mais celui-ci est généralement rejeté par l’administration. Ensuite, vous pouvez déposer des arguments et, en fin de compte, vous devez gagner devant le tribunal, avec le coût de l’ensemble de la procédure.

Si vous avez reçu une amende pour du CBD et que vous faites appel en disant qu’il s’agit de chanvre ou de CBD et non de marijuana, dans les procédures administratives, les allégations sont généralement rejetées parce qu’elles sont basées sur la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants de 1961, selon laquelle tout type de cannabis, quelle que soit sa teneur en THC, est illégal.

En d’autres termes, ce n’est pas la teneur en THC qui pose problème, mais la partie de la plante. La fleur et la résine de cannabis sont contrôlées, soumises à des réglementations et à des contrôles par des entités gouvernementales ou fiscales.

Vous devez décider si vous préférez payer l’amende avec une réduction de 50 % (généralement 300 euros) ou si vous voulez entamer une procédure d’appel (qui sera très probablement rejetée), présenter des observations et aller au tribunal, avec tous les frais que cela implique.

La Cour suprême n’ayant pas statué clairement sur la question, il existe une jurisprudence à la fois favorable et défavorable, de sorte qu’il n’est pas certain, à l’heure actuelle, que l’appel soit gagné. Selon les avocats avec lesquels nous sommes en contact, il est plus judicieux de payer l’amende avec une réduction de 50 % que d’entamer toute la procédure contentieuse-administrative.

Règlements sur la CDB

Les seules formes réglementées de consommation de consommation de CBD sont l’inhalation, par le biais de vaporisations de type eLiquid avec du CBD ou des CBD Vape Pens. De plus, dans certains pays seulement, le CBD peut être utilisé dans les gommes et les produits alimentaires à base de cannabis.

En revanche, les fleurs de CBD et leurs dérivés, tels que le haschisch au CBD, ne sont pas légalement destinés à la consommation dans la plupart des pays européens, y compris l’Espagne. Ces produits sont vendus comme des objets de collection (information indiquée sur tous les sachets de CBD). Le cannabis CBD est donc tout à fait légal en Europe, à condition que son taux de THC ne dépasse pas les limites légales établies (0,2 % en Espagne et dans la plupart des pays européens) et qu’il provienne de cultures de chanvre légales.

Le CBD et le contexte juridique de la consommation de cannabis ou de marijuana en Europe

La politique européenne en matière de cannabis a été une danse constante d’hypocrisie, guidée par des préjugés, des critères arbitraires et des données scientifiques dépassées. L’un de ses piliers est la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants de 1961, dans laquelle le cannabis et sa résine, le haschisch, étaient classés dans la même annexe IV que l’héroïne. Oui, vous avez bien lu. Cette équation est scientifiquement absurde, puisque le cannabis, à tout le moins, ne présente pas le risque de mortalité associé aux opiacés. Mais les données scientifiques et la logique ne prévalent pas toujours en politique.

L’erreur a été corrigée il n’y a pas si longtemps, en décembre 2020 (près de 60 ans après cette classification draconienne), lors de l’évaluation de diverses recommandations de l’Organisation mondiale de la santé relatives à la marijuana et à ses dérivés, la Commission des stupéfiants des Nations unies a voté en faveur du retrait du cannabis du tableau IV de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 et de son maintien dans le tableau I de la Convention de 1961.. À la même date, la Commission a choisi de ne pas suivre la recommandation de l’OMS d’ajouter une note de bas de page à l’annexe I de la Convention de 1961, indiquant que “les préparations contenant principalement du cannabidiol et pas plus de 0,2 % de delta-9-tétrahydrocannabinol ne sont pas soumises à un contrôle international”. Si cette note avait été ajoutée, la situation juridique actuelle des fleurs de CBD serait différente. Cependant, il faut garder à l’esprit que ces classifications des drogues par les Nations unies ne sont pas des données scientifiques: elles sont décidées par des votes politiques, qui peuvent être influencés par des données scientifiques, mais aussi par d’autres motivations.

Le pire, c’est que cette politique biaisée en matière de drogues a imprégné l’opinion publique au fil des ans, faisant passer le cannabis pour une substance dangereuse et criminalisant les consommateurs de cannabis. Nous en sommes donc arrivés à un point où rouler un joint dans la rue peut être mal vu et nécessiter l’intervention de la police (mais pas toujours : il y a ceux qui maintiennent une certaine tolérance).

Peut-on être verbalisé pour avoir fumé du CBD dans la rue ?

Le statut juridique des fleurs de CBD est controversé pour certains (mais clair pour d’autres). Lorsque la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants de 1961 a été rédigée, la marijuana sans THC n’existait même pas. Par conséquent, jusqu’à récemment, ces traités internationaux ne couvraient pas la CDB.

Pire encore, ce document reste l’instrument clé que la jurisprudence utilise habituellement pour donner corps à l’élément normatif des stupéfiants. C’est la raison pour laquelle tous les recours contre les amendes liées au CBD sont rejetés, car la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants de 1961 considère tout type de fleurs ou de résine de cannabis comme un stupéfiant, quelle que soit sa teneur en THC..

Pour répondre à la question de savoir si vous pouvez être condamné à une amende pour avoir transporté ou fumé du CBD, nous pouvons nous appuyer sur les jugements publiés de personnes ayant fait l’objet d’une saisie de chanvre et sur le jugement d’avocats spécialisés dans ce domaine.

Différences entre le CBD et la marijuana

Alors que la marijuana contenant du THC est illégale parce qu’elle est considérée comme un stupéfiant, les bourgeons de chanvre sans THC ne peuvent pas être considérés comme une drogue, car ils ne produisent pas les effets psychoactifs de la marijuana. Dans ce cas, la défense serait basée sur le fait que l’intérêt juridique protégé n’est pas affecté (il ne s’agit pas de stupéfiants).

Le cannabis CBD est une variété de marijuana qui ne contient pratiquement pas de THC (moins de 0,2 %). Il ne s’agit donc pas d’un stupéfiant et ne peut être considéré comme une drogue, mais il pourrait techniquement être classé dans la catégorie des “fibres de chanvre”.

Cependant, le chanvre et la marijuana ont de nombreuses caractéristiques en commun, notamment les terpènes, qui sont les composants responsables de l’odeur de la marijuana. En revanche, les cannabinoïdes, tels que le THC ou le CBD, n’ont pas d’odeur. En d’autres termes :

Le chanvre et la marijuana ont la même apparence et les mêmes arômes, et la seule façon de les différencier est de procéder à l’analyse des cannabinoïdes dans des laboratoires spécialisés.

Que fait la police si elle trouve des bourgeons de CBD ?

Le principal problème est que les fleurs de CBD ne peuvent pas être différenciées de la marijuana THC à l’œil nu: une analyse des cannabinoïdes est nécessaire, qui ne peut être effectuée que dans des laboratoires spécialisés. Il ne sera donc pas possible de prouver sur place si ce qui est transporté ou fumé est de la marijuana ou du chanvre.

Dans le contexte juridique espagnol, la loi organique 4/2015, du 30 mars, sur la protection de la sécurité des citoyensplus connue sous le nom de “loi bâillon”, établit à l’article 36.16 que sont considérés comme des délits graves “la consommation ou la détention illicites de drogues toxiques, de stupéfiants ou de substances psychotropes, même s’ils ne sont pas destinés au trafic, dans des lieux, des routes, des établissements publics ou des transports publics, ainsi que l’abandon des instruments ou autres effets utilisés à cette fin dans les lieux susmentionnés”. La loi espagnole considère donc la possession et la consommation de stupéfiants comme un délit grave, passible d’amendes allant de 601 à 30 000 euros, selon les circonstances.

En Espagne, la possession ou la consommation de stupéfiants tels que la marijuana (avec THC) dans des lieux ou des établissements publics peut constituer une infraction administrative grave passible d’une amende allant de 600 à 30 000 euros, selon les circonstances.

En outre, il est important de considérer que, si la possession est présumée être à des fins de trafic de drogue, cette situation pourrait être considérée comme une infraction pénale possible.

Par conséquent, si la police trouve des fleurs CBD, et en fonction du contexte, il est possible que vous soyez dénoncé en vertu de la loi sur le bâillon. La police le signale et, par la suite, l’administration analyse l’échantillon et, s’il est confirmé qu’il s’agit de cannabis, le sanctionne.

Lorsque des fleurs de CBD sont saisies, la substance est envoyée au laboratoire pour analyse. S’il est confirmé qu’il s’agit de cannabis, quelle que soit sa teneur en THC, une procédure de sanction (amende) est engagée.

En Espagne, l’action de la police consiste à dresser un procès-verbal de saisie à la personne concernée et à envoyer la substance en question au laboratoire pour analyse. Dans les cas administratifs (petite quantité), il est possible pour le laboratoire d’effectuer une analyse “qualitative”, c’est-à-dire de confirmer simplement que le matériel végétal est bien du cannabis. Sans même indiquer la teneur en THC de l’échantillon testé. Rappelons que, selon la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants de 1961, tout type de cannabis, quelle que soit sa teneur en THC, est illégal.

Il est évident que le fait d’emporter le produit dans son emballage d’origine et de présenter le reçu comme preuve d’achat aidera les autorités à comprendre la situation, mais cela ne garantit pas que vous ne ferez pas l’objet d’une dénonciation. Sur Internet, on peut lire que si les fleurs sont scellées, elles peuvent être considérées comme des objets de collection et ne sont donc pas soumises à des amendes, mais nous n’avons pas été en mesure de vérifier cette information et elle n’est probablement pas exacte.

Certaines personnes ont été sanctionnées de cette manière et ont fait appel en demandant que le pourcentage de THC soit indiqué. L’administration a rejeté le recours au motif que le cannabis est considéré comme un stupéfiant, indépendamment de sa teneur en THC. Après avoir consulté des avocats, on nous dit que l’appel de l’amende est presque toujours rejeté, et qu’il n’est possible de gagner ce type de sanction que devant un tribunal, avec le coût économique que cela implique. Malheureusement, il semble donc que la solution la plus sûre consiste à payer l’amende avec une réduction, plutôt que de s’exposer à une longue procédure judiciaire.

Le CBD est-il légal en Espagne et en Europe ?

Le CBD est une substance totalement légale en Europe, y compris en Espagne. En 2020, la La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) s’est prononcée sur la légalité du CBD. et sa commercialisation dans les différents pays européens en relation avec le projet de loi sur l’agriculture. Affaire Kanavapedans laquelle la France a infligé des peines de prison à des hommes d’affaires pour avoir vendu un produit du type Cartouches de CBD pour la vaporisation.

En vertu du droit communautaire, le CBD est pleinement légal et régi par les dispositions relatives à la libre circulation des marchandises.

La CJUE a déclaré que le CBD n’est pas psychoactif et n’est pas classé comme une drogue, qu’il est légal en Europe et que les pays membres ne peuvent pas en interdire la vente, à condition que le produit ait été obtenu légalement. La CJUE a statué que le CBD n’est pas considéré comme un stupéfiant et qu’il peut donc être soumis aux dispositions de l’UE relatives à la libre circulation des marchandises . Par conséquent, l’interdiction par un pays du commerce du CBD est contraire au droit communautaire et ne peut être justifiée que par des motifs d’intérêt général, tels que la protection de la santé publique.

À ce stade, il convient de noter qu’au sein même de l’Union européenne, les limites légales de THC varient. Par exemple, en République tchèque, la limite est de 1 % de THC, soit cinq fois plus que ce qui est autorisé en Espagne. C’est une chose que vous devez garder à l’esprit si vous décidez de de voyager avec du CBD dans d’autres pays ou d’acheter en ligne dans d’autres pays membres.

Comment faire appel d’une amende pour avoir fumé du CBD ?

Lorsqu’une sanction est injuste ou disproportionnée, vous devez introduire un recours administratif auprès de l’organe qui a imposé la sanction. Chaque recours dépend des circonstances, mais en gros, il s’agit de différencier juridiquement deux types de cannabis : le chanvre et la marijuana.

Nous pouvons vous dire qu’il ne s’agit pas d’un processus facile ou rapide, et qu’il faut aller au tribunal pour obtenir gain de cause, avec le coût économique dérivé du processus, qui comprend les honoraires du cabinet d’avocats. Vous devez décider si vous préférez payer l’amende avec une réduction de 50 % ou entamer une procédure dont nous ne savons pas si elle aboutira.

Chez Cannactiva, nous vous présentons quelques arguments et preuves qui démontrent la légalité du CBD en question. Nous vous en parlerons bientôt ! En attendant, vous pouvez consulter les nouveaux produits dans notre boutique :

Les produits Cannactiva sont destinés à un usage externe. Les fleurs de CBD sont vendues comme des objets de collection et ne sont pas légalement destinées à la consommation. Nous recommandons une utilisation responsable de nos produits.

Cannactiva
En Cannactiva queremos cambiar la perspectiva sobre el cannabis. Te traemos lo mejor de la planta a través de nuestros productos y de los posts que puedes leer en nuestro [...]

Mi Cesta0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
Chat ouvert
1
Besoin d'aide ?
Bonjour !
Pouvons-nous vous aider ?
Attention Whatsapp (lundi-vendredi/ 11h00-18h00)